Retour sur la formation de formateurs du CNFPT

avril 12th, 20161:43 @

2


Contexte

Céline d’Alboussière est la première médiatrice du réseau à suivre la formation de formateur dispensée par le CNFPT, pour pouvoir par la suite être identifiée comme vacataire du CNFPT. Cette action fait suite à la signature d’une convention entre le CNFPT et la secrétaire d’état au numérique Axelle Lemaire, lors des assises de la médiation numérique à Caen.

Pour rappel, cette formation vise à permettre aux médiateurs numériques de France de devenir vacataires pour le compte du CNFPT (centre national de la fonction publique territorial), et ainsi dispenser des formation de « culture numérique » auprès des agents des collectivités locales.

Ces formations se feront sur le temps personnel de l’agent et il sera rémunéré personnellement par le CNFPT.

Témoignage

Retour d’expérience : la formation de formateur « ruban pédagogique connecté » proposée par le CNFPT.

Obligatoire pour toute personne souhaitant intervenir auprès du CNFPT (Centre National de la Fonction Publique Territoriale) dans le cadre du nouveau dispositif « culture numérique pour tous », la formation de formateur « ruban pédagogique connecté » s’est déroulée, pour certains, les 5 et 6 avril 2016 à Paris.

Comme l’a rappelé Jérémy BLAZQUEZ, chef du projet, cette formation est une « première » à plus d’un titre :

– 1ère formation organisée au siège même du CNFPT, à Paris : d’une manière générale les formations sont délocalisées dans les délégations régionales.

– 1ère formation pour le lancement d’un tout nouveau dispositif : ce dispositif peut toucher jusqu’à près de 2 millions d’agents, les intervenants sont venus de la France entière y compris les DOM, la Réunion étant représentée lors de ces 2 jours, une 1ère !

– 1ère formation rendue obligatoire pour les intervenants : à l’heure actuelle, le CNFPT forme ses formateurs à l’accompagnement des stagiaires uniquement pour les « FI », les Formations d’Intégration.

Qui dit nouveau dispositif dit interrogations et nombreux échanges. Ceci a été l’occasion pour les participants de s’interroger sur ce qu’est la « culture numérique » et comment l’aborder « pour tous ». Et c’est là que ça se complique…

Dans sa forme, ce nouveau dispositif se déroulera sur 4 jours : une première journée en « présentiel », puis l’équivalent de 2 jours à distance pour terminer par une dernière journée en présentiel. Plusieurs barrières s’élèvent alors : comment faire adhérer des personnes qui seraient très éloignées du numérique ?

L’objectif demandé à chaque stagiaire sera de rendre un travail individuel et un travail collectif. Ces travaux seront restitués au groupe lors de la dernière journée de formation. Quid des différences de niveaux entre stagiaires ?

Parlant de niveau, une évaluation, via un questionnaire lors de la 1ère journée, sera proposée par le formateur à la suite de quoi le stagiaire sera intégré dans un parcours vert, bleu ou rouge. Nombre d’entre nous ont réagi indiquant que si les niveaux sont trop disparates il sera très compliqué de faire évoluer le groupe de manière homogène. Et en même temps, se frotter aux expériences des autres et s’entraider pourraient être également des opportunités pour tout un chacun d’acquérir des compétences nouvelles. Que faire pour bien faire ?

Autre fait très déstabilisant pour un formateur est que l’on ne pourra pas indiquer clairement « à la fin de cette formation, vous serez capable de … » et plus généralement l’agent qui suivra le module culture numérique pour tous ne réutilisera pas forcément les outils ou les usages qu’il a découverts dans le cadre de son poste de travail.

En tant que formateur, il nous est demandé de faire un travail de collecte des ressources qui pourront nous être utiles afin de répondre aux différentes possibilités de parcours.

L’outil OPALE nous a été présenté en vue de concevoir des modules de formation intégrables dans un LMS (Learning Management System). Ce LMS n’existe pas encore, ce qui est également source de préoccupation.

Le livret du formateur est lui aussi en cours de construction.

Beaucoup de pain reste sur la planche, beaucoup de possibilités de mise en œuvre restent à étudier, il n’est pas évident de se rendre compte concrètement de la tache qui nous sera demandée (suivre des apprenants à distance, oh ! mais je ne sais pas gérer ça !) mais le travail paraît intéressant et motivant :o)

La suite ? Très prochainement !

Tags:  ,